« Pour contrer le décrochage, nous devons nous concentrer sur trois objectifs. Tout d'abord, travailler à long terme auprès des élèves du primaire et du secondaire,  car la persévérance scolaire se développe dès le jeune âge. Ensuite, intervenir à court terme auprès des élèves qui sont à risque de décrocher, pour les encourager à poursuivre leurs études. Finalement, donner des outils aux parents pour qu’ils puissent soutenir leurs enfants  dans leur projet de réussite scolaire. »
 
Laurier Fortin
Chaire de recherche de la CSRS sur la réussite et la persévérance des élèves
 


Pour atteindre ces objectifs, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke propose trois axes d’intervention, complémentaires aux actions menées dans ses écoles.

1. Prévention pour les élèves du primaire et du secondaire
 

Les comportements qui mènent au décrochage scolaire s’acquièrent tôt dans la vie. La curiosité et le goût des études aussi. La CSRS veut mettre sur pieds des projets comme les sports d’équipe, des activités culturelles, un programme de sciences et de technologies et un programme d’entrepreneuriat pour stimuler l’intérêt des élèves et renforcer leur sentiment d’appartenance à l’école.
 
Sports : Football, cheerleading, basketball, soccer intérieur et hockey cosom. Plusieurs études ont démontré que la pratique d’un sport d’équipe permet de développer un sentiment d’appartenance au groupe qui garde les jeunes plus longtemps à l’école.
 
Activités culturelles : Lecture, musique, clubs d’échecs, animation et tournées culturelles. Ces activités favorisent une ouverture sur le monde et agissent directement sur le développement de la personne. Il est aussi démontré que la lecture et la pratique des échecs ont un impact direct sur la réussite des élèves et leur persévérance à l’école. 


Sciences : Clubs scientifiques, animation en sciences et technologies, camps d’été et mentorat. Une pénurie de main-d'oeuvre dans les carrières scientifiques pointe à l’horizon. Pour inciter les jeunes à choisir les sciences, il faut créer de l’intérêt, de l’émerveillement et de la curiosité.

 

Entrepreneuriat : Les élèves formeront de vraies mini entreprises, avec un conseil d’administration, la vente de produits ou de services, la vente d’actions et des activités financières. L'engagement des élèves dans des projets moins académiques leur permet de comprendre l’utilité de certaines disciplines scolaires (mathématiques, français, etc.) dans la gestion d’une entreprise. 

2. Programme d’intervention pour les élèves à risque au secondaire
 

Chaque année, les élèves de la CSRS répondent à un questionnaire conçu par le chercheur Laurier Fortin pour dépister les élèves à risque d’abandonner l’école. Les élèves identifiés pourront profiter d’un programme d’intervention à court terme pour les aider à poursuivre leurs études jusqu’à l’obtention de leur diplôme. Dans le cadre de ce programme, la CSRS veut mettre sur pied ou poursuivre les activités suivantes : 
 
Le programme Propulsion-Jeunesse Desjardins, en marche depuis trois ans et supporté en majeure partie par les Caisses Desjardins de Sherbrooke, propose des animations hors-classe et des activités d’exploration professionnelle.
 
Un soutien à la poursuite des études et un accompagnement des élèves en difficulté psychosociale à l’école pour lutter contre l’absentéisme. 
 
Un programme de conciliation études-travail : les employeurs certifiés limitent le nombre d’heures de travail des élèves et s’intéressent à leurs résultats scolaires. 
 
Un programme de mentorat et de cybermentorat : un adulte significatif accompagne l’élève dans son cheminement scolaire et l’encourage à poursuivre ses études lors de rencontres ou par Internet.

3. Appui aux parents d’élèves du primaire et du secondaire


Pour bien des chercheurs et des spécialistes, l’appui des parents représente un facteur important de la réussite scolaire. Mais eux aussi ont besoin de soutien. Pour y arriver, la CSRS créera le programme Des parents engagés pour la réussite des élèves. Dans ce cadre, on mènera une campagne de sensibilisation, en plus d’offrir des ateliers et des outils de formation pour les parents d’élèves au primaire et au secondaire.