Liens fructueux

 

 

Inauguration du Complexe sportif Thibault GM

 

Une nouvelle infrastructure pour l’Estrie a été soulignée par l’inauguration du nouveau Complexe sportif Thibault GM. Cette installation permettra aux adeptes des sports de glace de disposer d’un lieu à la fine pointe de la technologie.

 

Le complexe compte trois patinoires, dont une de dimension réduite destinée au développement d’habiletés spécifiques, une piste d’échauffement, une salle d’entraînement, des vestiaires, des salles de classe, des salles multifonctionnelles, des bureaux administratifs, une aire de restauration et une boutique de sport.

 

Il a été réalisé au coût d’environ 17,3 millions de dollars. Il est le fruit d’une concertation entre le Groupe Thibault, Rhéaume et associés, la Ville de Sherbrooke et ses organismes sportifs, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke ainsi que l’école du Triolet.

 

 

97 % de succès pour un programme de prévention du décrochage scolaire

 

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke et l’Université de Sherbrooke obtiennent des résultats concluants dans le cadre du programme de prévention du décrochage scolaire Trait d’Union, implanté depuis quatre ans. En 2008-2009, parmi l’échantillon de 305 élèves à risque de décrochage qui ont participé au programme, 99% d’entre eux ont persévéré. Puis, en 2009-2010, du groupe de 279 élèves, 97% ont persévéré.

 

Ce programme, conçu par la Chaire de recherche de la CSRS sur la réussite et la persévérance des élèves, est basé sur une relation significative et engageante entre un élève à risque de décrochage et un accompagnateur (enseignant) qui lui est attitré. En implantant ce projet, chercheurs, dirigeants, enseignants et professionnels se sont mobilisés afin de favoriser la persévérance chez les jeunes. 

 

Voir la vidéo sur le décrochage scolaire

 

 

Première pelletée de terre de la construction de l’agrandissement à l’école Notre-Dame-de-Liesse

 

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke a lancé les travaux de l’agrandissement de l’école Notre-Dame-de-Liesse, dont le coût total est évalué à près de 3,8 millions $.

 

Cette nouvelle construction permettra d’ajouter six nouveaux locaux à l’établissement: cinq classes, une bibliothèque et quelques bureaux pour les membres du personnel, en plus d’un nouveau plateau d’éducation physique dans l’ancienne église.

 

L’ensemble des travaux est constitué d’un agrandissement entre les bâtiments existants de l’école et de l’église, de la transformation des locaux situés dans l’ancienne église et d’une réfection des infrastructures pour le débarcadère des autobus ainsi que pour le stationnement pour les parents et les membres du personnel.

 

 

 

Enjeux du milieu de l’éducation: les commissions scolaires de l’Estrie rencontrent leurs partenaires

 

Les trois commissions scolaires francophones de l’Estrie, soit la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, la Commission scolaire des Sommets et la Commission scolaire des Hauts-Cantons, se sont réunies pour entendre leurs partenaires des milieux politiques, socioéconomiques et communautaires s’exprimer sur les grands enjeux du système public d’éducation. Plusieurs partenaires étaient présents dont la Fédération des commissions scolaires du Québec, des représentants des municipalités, des centres de santé et de services sociaux, des caisses populaires, des carrefours jeunesse-emploi, d’Emploi-Québec, etc.

 

Les partenaires étaient invités à formuler leurs recommandations sur des façons de bonifier l’efficacité des partenariats en place dans le milieu de l’éducation.

 

Les partenaires ont souligné que le rôle exercé par les commissions scolaires est nécessaire, non seulement pour le développement économique de la région, mais aussi pour garantir une juste répartition des ressources entre les établissements, afin que chaque élève ait des chances égales de réussir. Cette rencontre a également permis de dégager le consensus voulant que l’éducation est une responsabilité partagée par toute la société.

 

 

Un nouveau projet en usinage pour un emploi d’avenir en région

 

L’usinage est une voie salutaire pour combler le besoin de main-d’œuvre, particulièrement pour la clientèle féminine pour un métier non traditionnel.

 

En ce sens, un nouveau projet en usinage menant à l’attestation de formation «Perfectionnement pour la conduite et le réglage de machines-outils en usinage» a vu le jour. Il s’agit d’un projet de formation majeur pour notre région, qui a de la difficulté à combler la demande en machinistes (usinage) des entreprises régionales.

 

Le Centre d’intégration au marché de l’emploi (CIME), Emploi-Québec Estrie, le Comité sectoriel de la main-d’œuvre dans la fabrication métallique industrielle (CSMOFMI), le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, le SAE de la CSRS ainsi que le Pavillon des techniques industrielles du Centre de formation professionnelle 24-Juin ont uni leurs compétences pour répondre à la fois aux besoins des entreprises et à ceux des femmes intéressées à améliorer leur situation professionnelle.  

 

 

Prévention du décrochage scolaire au secondaire: la CSRS et l’Université de Sherbrooke renouvellent leur chaire de recherche

 

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke et la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke ont renouvellé leur partenariat en prévention du décrochage scolaire dans les écoles secondaires publiques de Sherbrooke. Basés sur les résultats probants des cinq dernières années, les projets porteront prioritairement sur l’engagement des élèves face à leurs études et les actions à mettre en place pour favoriser cet engagement.

 

Grâce à des contributions totalisant 1,1 M$, les deux partenaires reconduisent la chaire lancée en 2007 pour un deuxième mandat de cinq ans sous le nom de Chaire de recherche de la CSRS sur l’engagement, la persévérance et la réussite des élèves. La professeure Anne Lessard, du Département d’études en adaptation scolaire et sociale, prend la direction des travaux, succédant ainsi au professeur Laurier Fortin.

 

 

 

L’école Eymard inaugure son nouveau parc-école

 

L’école Eymard a inauguré son parc-école, fruit d’un labeur de plusieurs années.

 

La Fondation des amis de l’école Eymard, organisme sans but lucratif formé de parents bénévoles, et le comité de la cour d’école souhaitaient réaliser un parc-école qui viendrait en complément à la vie scolaire des élèves.

 

Le parc-école favorise le développement des élèves en intégrant le jeu, l’animation, la psychomotricité et l’activité physique. Son coût s’élève à près de 300 000 $. La fondation, par l’entremise de diverses campagnes de financement, y a contribué pour environ 45 000 $. Le complément financier provient de fonds publics, de dons privés ainsi que de dons d’organismes, d’entreprises et d’élus.

 

Le projet a mobilisé financièrement plusieurs acteurs du milieu de Fleurimont et de Sherbrooke.

 

 

 

Les écoles secondaires de la CSRS font encore plus d’heureux avec la ligue de mini-football

 

Devant l’engouement de la première saison de la ligue de mini-football en 2011, auprès des élèves de 5e et de 6e année, les écoles secondaires de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke ont décidé de renouveler l’expérience en s’associant avec le Vert et Or de l’Université de Sherbrooke et d’étendre l’invitation aux élèves de 3e et de 4e année.

 

Rappelons que le mini-football permet aux élèves d’apprendre le sport dans un cadre sécuritaire. Le plaisir est assurément au rendez-vous grâce à la souplesse des règlements, à la réduction de la surface de jeu et à l’adaptation des confrontations en fonction du physique des enfants.

 

Cette ligue en émergence vise à créer un climat de compétition où la priorité est donnée à la confiance en soi et au dépassement personnel avant la victoire à tout prix et les honneurs personnels. La CSRS souhaitait implanter une activité qui favorise la pratique du football avec contact dans un contexte sécuritaire et équitable pour les jeunes de 8 à 12 ans en mettant l’accent sur le respect, la participation et l’engagement de chacun.

 

 

Nouvelle entente culturelle entre la Fondation pour les élèves de la CSRS, la Ville de Sherbrooke et le ministère de la Culture

 

Les élèves de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke bénéficient des bienfaits d’une nouvelle entente culturelle conclue entre la Fondation pour les élèves de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, la Ville de Sherbrooke et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

 

La Fondation pour les élèves de la CSRS est un partenaire privilégié du Programme de soutien au développement culturel avec la Ville de Sherbrooke et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.

 

Le Programme de soutien au développement culturel continuera de rendre plus accessibles aux élèves de la CSRS les manifestations culturelles professionnelles des organismes soutenus par la Ville de Sherbrooke ou par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, en plus de rendre plus accessibles aux citoyens les réalisations des élèves.

 

Cet heureux partenariat a fait augmenter la fréquentation des organismes sherbrookois, comme en témoigne les 40 484 sorties d’élèves dans le cadre de ce programme.

 

 

PÉRENNITÉ ESTRIE - Sept ans déjà!

 

Plusieurs gens d’affaires de Sherbrooke participent d’année en année au programme Pérennité Estrie, par l’entremise de conférences prononcées dans les écoles, de mini-stages offerts aux élèves dans leur entreprise et d’autres activités ponctuelles tout aussi intéressantes et motivantes. Environ 7 000 activités ont eu lieu depuis sept ans.

 

 

 

5 542 876$ supplémentaires pour le maintien des bâtiments de la CSRS

 

Une mesure additionnelle pour le maintien des bâtiments de l’ordre de 5 542 876$ a été annoncée par le gouvernement du Québec, permettant la réalisation de 31 projets, dont les coûts varient entre 20 000$ et 700 000$, pour 22 établissements de la CSRS.

 

Cette enveloppe offre un important soutien pour la réalisation de travaux névralgiques dans les commissions scolaires de l’Estrie. Les travaux prévus vont notamment de la réfection des surfaces pavées des cours d’école et de l’aménagement extérieur au remplacement de systèmes de ventilation, de fenêtres, de portes et de toitures.