13 juin 2017
Catégorie : 2016-2017, Distinctions et nominations

Alexandra Archambault et Elodie Roy du Centre de formation professionnelle 24-Juin ont été honorées lors du gala national du concours Chapeau, les filles! pour avoir fait le choix d'un métier traditionnellement masculin.

Le concours Chapeau, les filles! a pour but de favoriser la diversification des choix de carrière des jeunes filles et des femmes et d'encourager celles qui sortent des sentiers battus à persévérer jusqu'à l'obtention de leur diplôme. Le concours, qui se déroule dans toutes les régions du Québec, s'adresse aux étudiantes en formation professionnelle au secondaire et en formation technique au collégial.  Félicitations aux deux lauréates du Centre de formation professionnelle 24-Juin! 

 

Alexandra Archambault 

Prix Compétence – Réseau du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation

Élève au DEP Soudage-montage ,Centre de formation professionnelle 24-Juin 

Fascinée depuis toujours par la beauté du métal, Alexandra Archambault a eu un coup de cœur pour la soudure alors qu’elle étudiait en arts visuels au cégep de Sherbrooke. Elle a ainsi décidé d’apprendre ce métier exigeant. Là où elle manque de force brute, elle compense par l’ingéniosité et l’agilité. Ça lui réussit! En cours de route, elle assemble des supports à projecteurs pour le cinéma, puis des prototypes pour des chercheurs. « Je suis très fière de ces réalisations, dit-elle. Mon métier de soudeuse me permet de contribuer à l’avancement des sciences et à la sécurité des citoyens. » Mais l’artiste en elle n’a pas dit son dernier mot. Elle songe à créer des meubles d’acier et d’époxy, et même à apprendre à forger. Tout dans ce métier la galvanise…

Elodie Roy 

Prix Équité de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec

Élève au DEP en Forage et dynamitage, Centre de formation professionnelle 24-Juin 

Élodie Roy n’a pas peur de se salir les mains. Poussière, bruit, boue, rien ne la rebute. Même l’aller-retour quotidien entre Sherbrooke et Drummondville, où elle habite avec son fils. « Mon cœur a fait boum à la simple lecture du programme! J’adore ce que je fais », dit celle qui, après un détour dans l’univers des emplois précaires, a finalement suivi son instinct. Si elle ne considère pas détonner dans le groupe de gars, elle est heureuse de pouvoir compter sur des enseignants qui savent faire régner un climat de respect. Un emploi dans une mine du Nord-du-Québec ou un job à l’international la combleraient. Mais pour elle, le seul fait de travailler dans ce domaine est fantastique! Terminée la prospection, Élodie a trouvé son filon. 

 

Cahier souvenir du Concours Chapeau, les filles!