Accueil > Actualités > Qualité d'air > Déploiement progressif des lecteurs de dioxyde de carbone

Déploiement progressif des lecteurs de dioxyde de carbone (CO2) dans les établissements du CSSRS

9 décembre 2021

Dans le cadre de la réalisation des tests sur la qualité de l’air demandés par le ministère de l’Éducation du Québec (MEQ), le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) procèdera, au cours des prochaines semaines, au déploiement progressif des lecteurs de dioxyde de carbone (CO2) dans ses établissements.
Ce déploiement se fera en trois étapes consécutives pour chacun des établissements :

  1. Installation des lecteurs et validation de la mise en marche par le CSSRS.
  2. Guide visuel pour le personnel dans les classes concernant les actions à prendre pour l’aération adéquate du local.
  3. Mise en place des lectures à distance pour la compilation centralisée des données.

Le calendrier d’installation suivra le niveau de priorité des bâtiments, selon les paramètres fixés par le MEQ. Le déploiement se modulera également en fonction de la réception des appareils. Les bâtiments actuellement visés par l’opération sont ceux de priorités 1 et 2 (voir la liste).

En plus d’évaluer la concentration de CO2 dans les salles de classe, les appareils permettront également de mesurer la température et l’humidité relative. Les données ainsi recueillies permettront d’agir directement sur place et d’obtenir un portrait en temps réel de ces paramètres de confort, afin d’apporter rapidement des correctifs lorsque cela s’avèrera nécessaire.

Rappelons que le CO2 est produit naturellement par la respiration humaine et que sa présence dans les locaux scolaires n’occasionne pas d’effets sur la santé. Le CO2 représente toutefois un indicateur de la qualité de la ventilation et un indicateur de confort. Le Ministère vise une concentration quotidienne moyenne de CO2 inférieure à 1 000 parties par million (ppm). Cette cible sera utilisée pour orienter les travaux d’amélioration de la qualité de l’air dans les écoles au cours des années à venir. À noter qu’une concentration moyenne quotidienne de CO2 inférieure à 1 500 ppm est un indicateur d’une ventilation adéquate.

Pour s’assurer de respecter les valeurs moyennes quotidiennes mentionnées ci-dessus, deux approches sont retenues pour contrôler la concentration de CO2 dans une salle de classe :

  1. Le personnel dans les établissements devra s’assurer que les concentrations de CO2 dans les locaux ne dépassent pas 1 500 ppm en se servant de l’affichage des données sur les lecteurs. Les enseignants pourront intervenir directement pour optimiser l’ouverture des fenêtres et des portes, qui est déjà requise par les politiques en place;
  2. La compilation centralisée des données aidera le CSSRS à planifier et à prioriser les différents travaux d’amélioration à apporter aux établissements, le cas échéant. 

En terminant, prenez note que le MEQ a consulté les instances de santé publique. Cette démarche est faite en collaboration avec des experts indépendants en ventilation et en qualité de l’air intérieur, et vise à maintenir des milieux scolaires bien ventilés à long terme, bien au-delà de la pandémie de la COVID-19.

Pour plus d’information, consultez la page web sur la qualité de l’air dans les écoles
sur Quebec.ca.

La direction du Service des ressources matérielles du CSSRS